Éclaircir cinq mythes de la culture du régime

Publié dans : Blog
Posté sur : 19 janvier 2023

Au début de l’année, les médias sociaux présentent plein de publicités pour des programmes de perte de poids, des applis d’entraînement et des aliments pour maigrir, probablement parce que la mise en forme est une résolution du nouvel an très populaire. J’aimerais proposer une résolution différente cette année. Apprenons-en plus sur la culture du régime et éclaircissons des mythes de la culture du régime.

C’est quoi, la culture du régime?

La culture du régime est une notion sociale profondément ancrée qui soutient que le poids et la forme corporelle devraient être des priorités absolues pour les individus, même plus importantes que le bien-être physique et psychologique. Elle encourage l’idée que de contrôler nos corps, y compris la consommation de nourriture, est normal et même une bonne chose. Elle s’attend à ce que les individus soient conscients de leurs habitudes alimentaires, s’en sentent coupables et tentent de les modifier en tout temps.

La culture du régime perpétue plusieurs mythes que les gens tiennent souvent pour acquis et n’examinent pas d’un œil critique. Vous aurez probablement déjà entendu certains de ces mythes et peut-être même que vous y croyez. Je vous invite à garder l’esprit ouvert, à vous rappeler que les êtres humains sont extrêmement diversifiés, et que ce qui peut être vrai pour vous ne l’est pas nécessairement pour les autres.

 

1. « Les régimes fonctionnent; c’est toi qui ne fais pas assez d’effort! »

Il y une raison pour laquelle la perte de poids est une résolution populaire d’année en année. Plusieurs personnes débutent l’année avec des bonnes intentions et, au final, n’obtiennent pas les résultats souhaités. La culture du régime soutient que le problème quand un régime échoue, c’est la personne et non le régime. La personne n’a pas fait assez d’effort, n’a pas éliminé le bon aliment dans la bonne quantité, ou n’a pas fait assez d’exercice.

En fait, plusieurs études démontrent que le régime amaigrissant n’amène que rarement à une perte de poids, et que s’il y a une perte de poids, environ 90 à 95 % des personnes vont reprendre le poids perdu éventuellement. Simplement, les régimes ont rarement un effet à long terme. Et ce n’est pas la faute des individus.

Plusieurs facteurs contribuent au poids d’une personne, tels que les fluctuations de poids normales ou d’autres aspects de la santé d’une personne. En fait, les expert.e.s reconnaissent de plus en plus que la volonté et le style de vie ne constituent que 25 à 30 % des facteurs qui déterminent le poids d’une personne. Le reste comprend des facteurs comme la génétique, d’autres facteurs de santé, les conditions socio-économiques et plusieurs autres.

 

 

2. « L’élimination de [insérer l’aliment néfaste du jour] est nécessaire pour la perte de poids. »

Si vous utilisez les médias sociaux, vous avez peut-être déjà rencontrer « l’aliment malsain » du moment. Peut-être que vous en entendez parler dans des conversations avec vos ami.e.s aussi. Il y a constamment un nouvel aliment coupable, un changement qu’on peut faire à notre alimentation qui pourra régler tous nos problèmes. Ça marche pour tout le monde, c’est tout simple, et si ça ne fonctionne pas pour vous, c’est sûrement vous le problème. En plus, différents régimes jettent la faute sur différents aliments. Pour les régimes Keto ou Adkins, c’est les glucides. Les aliments génétiquement modifiés et les aliments prêt-à-manger ont aussi une mauvaise réputation.

Mais personne n’est vraiment d’accord à propos de cet « aliment malsain. » C’est peut-être parce qu’il n’existe pas de solutions qui fonctionnent pour tout le monde, et on n’a peut-être même pas besoin d’une solution. Alors, faisons attention aux solutions « miracle » publicisées en ligne.

 

3. « Il existe des bons aliments et des mauvais aliments. »

Ces aliments sont décrits avec des termes différents. Les bons aliments sont « clean » (c-à-d, « clean eating » ou « manger propre »), « naturels », « pauvres en calories », « pauvres en gras », « pauvres en glucides » et bien d’autres. Les mauvais aliments sont « transformés », « décadents », « réservés pour les jours de triche », ou des aliments qui doivent nous faire sentir coupables.

Cependant, il n’existe vraiment aucun aliment qui est universellement bon. Tous les aliments qui nous nourrissent et nous apportent de l’énergie, tous les aliments qu’on aime ou qui nous rendent heureux.ses sont des bons aliments. Certaines personnes ont des restrictions alimentaires, comme, les personnes sensibles au gluten ou les personnes allergiques aux arachides. Ça, c’est une autre histoire. Généralement, à moins d’une raison médicale spécifique, d’une raison culturelle (comme une restriction alimentaire religieuse), ou d’une préférence, il n’existe aucun aliment qui est universellement mauvais. Même un hamburger contient des nutriments comme des protéines ou des glucides. Toutes les nourritures peuvent avoir leur place dans une alimentation variée et nutritive qui comble les besoins de chaque individu.

 

4. « La perte de poids est toujours positive. »

Vous avez peut-être remarqué les compliments que les gens reçoivent après une perte de poids. Mais, personne ne prend le temps de se questionner. Toutes les pertes de poids ne sont pas nécessairement positives. La perte de poids suivant un traitement médical grave comme la chimiothérapie n’est pas une perte de poids positive. La perte de poids par des habitudes alimentaires troublées ou par l’exercice excessif n’est pas une perte de poids positive. Toute perte de poids qui a un impact négatif sur d’autres aspects de la santé n’est pas une perte de poids positive. En même temps, la prise de poids n’est pas toujours négative. 

 

5. « Être mince, c’est être en bonne santé et être gros.se, c’est être en mauvaise santé. »

Finalement, la société assume que les personnes grosses doivent tou.te.s perdre du poids pour être en santé. Mais la santé, c’est plus complexe que les facteurs liés au poids. C’est tout à fait possible pour les personnes minces d’avoir des problèmes de santé, et c’est aussi possible pour les personnes grosses d’être en santé. Les habitudes saines, comme boire de l’eau et faire de l’exercice raisonnablement, apportent des bénéfices importants pour la santé même s’ils ne mènent pas à une perte de poids.

Il faut se rappeler que d’être en santé peut ressembler à différentes choses d’une personne à l’autre. On ne peut pas tout savoir ce qu’il y a à savoir à propos de la santé d’une personne juste en les regardant. Nos suppositions proviennent de la culture du régime et des préjugés inconscients qu’on a amassé à travers nos vies. Souvenons-nous de prendre une pause et de questionner nos suppositions.

 

Une nouvelle résolution

La culture du régime n’est pas fondée sur des faits. Elle présente des principes « universels » trop simplifiés et biaisés qui appuient des intentions spécifiques. La perte de poids est une affaire de gros sous. Et les personnes qui sont satisfaites de leur corps ne prennent pas la résolution de le changer à chaque année, et ne dépensent pas beaucoup d’argent et ne passent pas beaucoup de temps pour atteindre ce but.

Je vous invite en 2023 à apprendre à propos de votre corps, d’écouter ses besoins et de faire ce qui fonctionne pour vous, à respecter les autres et choisir de ne pas juger, et à questionner les messages blessants qu’on entend tous les jours.

Je vous souhaite une année 2023 en santé, peu importe ce à quoi ça ressemble pour vous.

 

Sources :

What is Diet Culture? Very Well Fit, 2022, https://www.verywellfit.com/what-is-diet-culture-5194402

Weighing the Facts: The Tough Truth About Weight Loss, Michigan Health, 2017, https://healthblog.uofmhealth.org/health-management/weighing-facts-tough-truth-about-weight-loss

Weight Management: State of the Science and Opportunities for Military Programs, Institute of Medicine, 2004, https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK221834/

Supporting employees with obesity starts with recognizing it’s a chronic disease, Benefits Canada, 2019, https://www.benefitscanada.com/news/supporting-employees-with-obesity-starts-with-recognizing-its-a-chronic-disease/ 

The Biggest Diet Culture Myths, According to a Dietician, The Everygirl, 2021, https://theeverygirl.com/dietician-talks-diet-myths/

Dieting Myths Debunked, Center for Change, n.d., https://centerforchange.com/dieting-myths-debunked/

When dieting doesn’t work, Harvard Health Publishing, 2020, https://www.health.harvard.edu/blog/when-dieting-doesnt-work-2020052519889#

Messages récents

Éclaircir cinq mythes de la culture du régime

Appelez-moi par mon prénom

Le mythe de l'égalité raciale en temps de crise humanitaire

Mois de la sensibilisation à l’emploi des personnes en situation de handicap

Bâtir des espaces sécuritaires et des espaces d’encouragement

Voici pourquoi nous devons discuter urgemment du racisme anti-asiatique aujourd’hui

Les arguments en faveur du décorticage de la compétence culturelle

Annonce de notre nouvelle Directrice exécutive – Anne-Marie Pham